Carte postale / invités à déjeuner sur l’île flottante, les paroissiens de Toulouse au cœur d’une découverte artificielle

0

Le vendredi 24 janvier dernier, le Frère René Agnéro Loes et ses fidèles amis de la communauté chrétienne de Toulouse (France) ont participé à une messe au Centuaire Marial d’Abidjan-Adjamé. A l’issue de cette prière, le cap a été mis sur une île artificielle baptisée ‘‘île flottante’’, conçue avec des bouteilles plastiques.

Après près d’une demi-heure de trajet à bord d’un mini-car et d’un véhicule de commandement type 4×4 en provenance du Centuaire Marial, nous y sommes sur le parking de la berge de Bietry village, lieu d’embarcation des navettes en direction de l’île flottante. A environ 21 kilomètres de vue, l’on est curieux de découvrir les merveilles de l’île écologique qui a surgi des flots dans le paysage abidjanais. Indiquons que c’est suite à la volonté de Boli Narcisse Aimé, PCA de la Fondation Internationale et interreligieuse pour la Presse apaisée en Afrique (FIPA) et de la Conférence Nationale des Directeurs de Publication en Côte d’Ivoire (CNDPCI), DP du groupe de presse nouvelleafrique.org (Islamo-Chrétien, Divin Amour News et Prière Africaine News), et proche ami du Frère René Agnéro Loes, d’offrir un déjeuner dans un cadre agréable aux fidèles du diocèse de Toulouse pendant leur séjour, que cette visite sur l’île a été initiée. Après une courte attente, la navette arrive avec un lot de passagers. C’est vraiment marrant de voir la peur se dessiner sur  les visages et le soulagement à l’accostage de la barque. Normal, c’est le fruit d’une frayeur manifeste pendant de près de 15 minutes de traversée sur la lagune Ebrié, entre les quartiers de Biétry, Port-Bouët et Vridi, pour enfin accoster sur l’île reposant sur environ 700.000 bouteilles en plastique et d’autres déchets récupérés dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire, qui lui permettent de flotter et même de se déplacer. C’est un projet écologique extraordinaire porté par Eric Becker, un ingénieux français que rien ne semble arrêter. « L’île flottante », ce n’est pas la recette d’un dessert, mais le nom d’un hôtel-restaurant original bâti sur la lagune d’Abidjan. Et comme il fallait s’y attendre, le petit coin de paradis attire de nombreux curieux. Ce n’est pas nos invités étrangers du jour qui diront le contraire. La délégation composée de sept femmes et trois hommes blancs, n’a pas hésité d’affirmer qu’elle a eu « la chance de passer un bon après-midi et d’échanger longuement avec le concepteur de l’île d’accueil ». Une fois installé à table après le rinçage des mains à une fontaine artificielle positionnée à l’entrée l’appâtâme, les visiteurs français, le jubilaire et leurs guides ont eu droit chacun à une noix de coco bien fraîche qu’ils ont siroté avec plaisir avant de savourer le menu du déjeuner. Un copieux repas d’un mélange de crudités bien assaisonnées, de grillades de poulets, de poisson-poulet, de pomme de terre, d’aloco, du riz à la sauce bien épicée. Mais aussi du jus naturel pour le dessert et de l’eau minérale. Signalons que l’île flottante propose une formule à 15000F incluant le transport, le déjeuner, une boisson et de l’eau. Formule que le généreux donateur du jour a adoptée pour le bonheur de ses invités. Quelques instants après le repas, l’on a pu admirer l’île équipée de panneaux solaires qui n’est pas encore autonome à 100% et possédant une dizaine d’espèces végétales. La recette est tenue secrète (propriété intellectuelle oblige) mais l’on a toutefois appris que les bouteilles utilisées sont vides et reposent sur l’eau. Elles sont emmagasinées dans des palettes fixées les unes aux autres pour former la structure de l’île. Aussi sont-elles couvertes d’une structure en bois et de ciment allégé. Selon le concepteur, « le volume de bouteilles varie selon le poids à supporter. La zone qui porte les batteries des panneaux solaires (soit une tonne) requiert plus de flottaison que celle qui soutient le bar ». Une véritable démarche qui a donner une seconde vie à des milliers de bouteilles plastiques et éviter qu’elles aillent polluer l’océan pendant des centaines d’années. Faut-il rappeler, en effet selon les experts, qu’une bouteille plastique met de 100 à 1000 ans pour se décomposer dans la nature et que la ville d’Abidjan en est littéralement jonchée. Au-delà du projet écologique, « l’île est aussi un site touristique qui peut accueillir jusqu’à 50 personnes assises et 100 debout en mode cocktail », selon des sources concordantes. D’une superficie d’environ 1000 m2, elle est ceinturée par un pont circulaire, de 260 mètres de circonférence, qui permet aux bateaux d’accoster  (ceux de l’équipe de l’Île Flottante ou de n’importe quel particulier). L’expert en informatique, concepteur du projet, indique que « ce pont permet aussi de retenir les éventuels objets qui tomberaient à l’eau » et confie qu’il a mis « près de 6 ans à concrétiser son rêve ». Six années pendant lesquelles il a patiemment collecté des bouteilles plastiques partout dans Abidjan, en particulier dans la lagune et en bordure de mer, et réalisé de nombreux prototypes avant de réussir à faire flotter son île. Par ailleurs, pour ceux qui veulent soulager leur soif, le  Zanzibar est là et y trouveront un large choix de boissons. L’île dispose également de 2 chambres : Kolantha en mezzanine qui a sa piscine privative, un balconnet et  sa propre terrasse. La seconde, est au rez-de-chaussée et plus proche de la grande piscine. Parlant de la piscine, elle est construite à partir d’une énorme bâche qui donne l’impression de nager dans la lagune surtout quand l’on touche le fond.  De notre petit entretien avec le propriétaire du site, l’on a découvert un homme ambitieux, sympathique, ingénieux et bricoleur,  qui a abandonné une carrière dans la vente de solutions informatiques, pour se consacrer à ce projet. Le concepteur de « l’île flottante » fourmille d’idées pour faire évoluer son île. En attendant, il a d’ores et déjà réalisé une véritable prouesse technique et ouvre la voie à d’autres projets fondés sur le recyclage du plastique usagé.

K Y. / nouvelleafrique.org

Share.

About Author

Leave A Reply