COVID 19 / PRIÈRE AFRICAINE NEWS PARTICIPE À LA PREMIÈRE MESSE À ADZOPE APRÈS LE CONFINEMENT : Père Hermann AMOHI, Curé de la paroisse Sainte Marie d’Adzopé : « L’Eglise catholique n’a jamais été fermée… »

0

Selon le Concile Vatican ll, l’Eucharistie est « source et sommet de toute la vie chrétienne ». La pandémie planétaire qui a occasionné la fermeture des lieux de culte dont plusieurs églises paroissiales sont présentement privées de la « source » vitale. « Si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas la vie en vous », nous enseigne Jésus dans l’Evangile, à l’interrogation des Juifs. 

C’est en obéissant à cet enseignement de Jésus Christ que le peuple de Dieu qui est hors du grand Abidjan était impatient de célébrer l’Eucharistie depuis la fermeture des lieux de cultes, le 19 mars 2020, marquant le deuxième dimanche de Carême. Depuis le samedi 9 mai 2020, le Seigneur a exaucé leurs prières car plusieurs paroisses ivoiriennes ont pu célébrer la messe dominicale anticipée, à l’exception des lieux de cultes situés dans le grand Abidjan. Au nombre des paroisses autorisées à célébrer l’Eucharistie pour un effectif de participants égal et/ou inférieur à 200 fidèles, il y a la magnifique paroisse Sainte Marie, Notre Dame de l’Amitié (NDA) d’Adzopé. Elle constitue avec les paroisses Saint Charles Borromée et Saint Jean-Paul Il, les trois principales paroisses de la ville d’Adzopé. C’est donc cette paroisse mariale que nous avons désignée en ce mois marial (le mois de mai est consacré à la prière du Rosaire) qu’une délégation de PRIÈRE AFRICAINE NEWS conduite par Monsieur Aimé Narcisse BOLI, son Directeur de Publication, a choisi pour rendre grâce au Seigneur qui a exaucé nos ferventes prières quotidiennes dont l’intention était de mettre fin à la fermeture de nos lieux de cultes et de ses tristes effets collatéraux.

Après la célébration de la messe anticipée du dimanche par le vicaire, c’est le Révérend Père Hermann AMOHI, curé de la paroisse Sainte Marie qui a présidé la série de messes dominicales. Il était assisté par son vicaire et des servants de l’autel. Ils ont tous portés des cache-nez tout comme l’ensemble des fidèles présents à cette inédite messe.

Avant l’accès à cette messe, ils se sont tous soumis au respect des mesures barrières : lavage des mains à l’eau et au savon, gel hydro alcoolique, respect de la distanciation sociale à l’intérieur de l’église et ce pendant toute la durée de la célébration eucharistique.

Pour manifester leur immense joie de se retrouver devant l’autel du Seigneur, les fidèles étaient tous en habit de fête. C’est en remerciement de l’ensemble de la presse dont notamment PRIÈRE AFRICAINE NEWS, qui a  effectué spécialement le déplacement à Adzopé. Cet organe de presse, tombé sur le charme de cette paroisse paradisiaque offerte par un homme d’affaire italien, a voulu faire un reportage sur l’ambiance qui caractérise cette reprise de la célébration eucharistique publique, le dimanche 10 mai 2020, car « nous savons que l’Eucharistie vous manque », disait avec joie et bonheur, le Père curé qui a voulu être très bref dans sa prédication afin d’éviter d’une part, d’empiéter sur le programme des prochaines célébrations prévues et d’autre part, d’éviter un attroupement des fidèles de la prochaine messe.

En réponse aux rumeurs selon lesquelles l’Eglise a été fermée, il a répondu que l’Eglise que : « L’Eglise, selon notre Credo est constituée par l’Eglise triomphante, l’Eglise souffrante et l’Eglise militante ou en marche. La suspension des messes avec le peuple de Dieu ne veut pas dire que l’Eglise a été fermée. Aucun État ne peut fermer l’Eglise. L’Eglise a toujours fonctionné car les prêtres célébraient l’Eucharistie sans le peuple de Dieu. Cette situation a permis au peuple de Dieu de prier comme les premiers chrétiens, chez eux, à domicile. L’exposition du Saint Sacrement était le signe de l’ouverture de l’Eglise ». A sa demande, les fidèles ont abondamment acclamé « le Seigneur qui a permis que l’Eglise à la tête de laquelle est le Pape ne peut pas être fermée ». Selon lui, Saint Paul qui après avoir persécuté l’Eglise, est parti partout dans le monde pour construire l’Eglise. « Nous, apôtres du Christ, devons toujours construire doucement l’Eglise. Cette pandémie sera éradiquée, dans notre monde et nous y vivrons en paix. La grâce de Dieu nous permet de vivre comme Saint Paul. Si nous sommes avec Dieu et l’Esprit Saint, nous pourrons tout vaincre. Rien n’est impossible à Dieu. Restons sereins et fidèles à Dieu car le dernier mot lui revient ».  

Une rencontre est prévue le mercredi 13 mai entre le curé et son conseil paroissial pour étudier le renforcement des mesures barrières dans l’église et au profit des fidèles.

Il est prévu tous les jours de la semaine, deux messes : la première, le matin à 6 h 00 et la seconde, le soir à 18 h 00. Le dimanche, il y a trois messes à 7 h 30 ; 9h et 10h. Par éviter d’enfreindre aux mesures sanitaires, la participation à la messe est assujettie à son appartenance à une CEB (Communauté Ecclésiale de Base) qui désigne les personnes habilités à participer à la messe.

EN CÔTE D’IVOIRE, PRIÈRE AFRICAINE NEWS PROPOSE UN PLAN POUR LA REPRISE DES MESSES PUBLIQUES 

Avant la messe, il faut « nettoyer et désinfecter tous les points de contacts, y compris les éventuelles installations sanitaires ». Les bénitiers doivent rester vides jusqu’à nouvel ordre. Il faut placer dans les endroits visibles, « à l’extérieur et à l’intérieur de l’église », des affiches rappelant les règles d’hygiène et de distanciation. « Les portes d’entrée doivent être clairement signalées et les autres portes fermées avec un marquage bien visible ». L’accès à l’autel doit être strictement réservé à un minimum de prêtres, d’enfants de chœur (servants de messe) et de l’équipe liturgique. Ils doivent tous porter des masques. (A suivre….).

BOLI Aimé Narcisse

 

 

Share.

About Author

Leave A Reply