²‘‘ISLAMO-CHRÉTIEN’’ »

0

Paix, cohésion sociale, réconciliation, l’état de la laïcité et de la liberté religieuse, dialogue interreligieux…Telles sont, entre autres, les questions auxquelles s’est prêté M. Kouyaté Zoumana, Directeur de la Promotion de la Liberté Religieuse et de la Laïcité à la Direction Générale des Cultes en Côte d’Ivoire dans l’interview qu’il a accordée à « ISLAMO CHRÉTIEN ». Entretien.

   ISLAMO CHRÉTIEN : Pouvez-vous nous présenter la Direction Générale des Cultes et ses attributions ?

Kouyaté Zoumana : La Direction des Cultes fait partie des 4 Directions Générales du ministère de l’intérieur et de la sécurité. A ce titre, conformément au décret No 2011-388 du 16 novembre 2011, elle a pour rôle essentiel, la gestion et l’encadrement du fait religieux (…) (Ndlr : P 7).

Comment se porte la Direction Générale des Cultes ?

En tant que collaborateur du Directeur Général des Cultes, je pense que c’est aux administrés qu’il revient de se prononcer sur la Direction Générale des Cultes. Toutefois, M. le Directeur Général a instruit ses collaborateurs à l’effet d’être toujours disponibles à l’égard des administrés, dans la mesure du possible, en vue de les satisfaire parce qu’il n’a de cesse d’indiquer qu’il n’y aurait pas d’administration s’il n’y avait pas d’administrés. (…) Au regard, par ailleurs, de la matrice des actions de la Direction Générale des Cultes qui résulte du Plan National de Développement (PND), la mission essentielle de cette unité administrative, est d’œuvrer au renforcement de la cohésion sociale. La Direction Générale des Cultes, dans cette optique, contribue à ce renforcement à travers l’encadrement des guides religieux qui sont par essence des vecteurs de modélisation de la cohésion sociale.

Que pensez-vous du dialogue interreligieux ?

J’aurais voulu que ce soit le Directeur Général des Cultes qui réponde à cette question parce qu’il porte la voix la plus autorisée, à cet effet. Toutefois, je crois pouvoir dire que nous nous félicitons de la bonne coexistence ou de la coexistence pacifique et fraternelle entre les différents groupes religieux, en Côte d’Ivoire. La Direction Générale des Cultes salue et encourage donc le dialogue interreligieux. Jusqu’à ce jour, il ne nous est pas encore revenu un quelconque conflit communautaire inter- religieux ou confessionnel. Cela prouve que les différentes communautés religieuses vivent en bonne intelligence. Elles ont toutes à cœur d’œuvrer, au quotidien, au renforcement de la paix. Je crois que c’est une chance pour la Côte d’Ivoire qui, à la différence de certains pays, est à l’abri de ces conflits…

Quel est l’état de la laïcité et du cadre juridique religieux en Côte d’Ivoire ?

La liberté religieuse relève de la loi de 1960. Des réflexions sont en cours pour un meilleur encadrement des communautés religieuses (…) En octobre (NDLR : 2017), le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a présidé la cérémonie de recensement des associations religieuses et de géolocalisation de toutes les bâtisses religieuses sur l’étendue du territoire national. Autant dire que conformément au PND, le gouvernement a à cœur d’apporter un meilleur encadrement aux associations religieuses dans le cadre de leurs activités. L’état de la laïcité en Côte d’Ivoire, doit être perçu de façon particulière. La laïcité ne doit pas être perçue comme une rupture entre les communautés religieuses et l’État, mais comme la volonté des pouvoirs publics d’être à équidistance des différentes associations religieuses et d’avoir pour souci de leur apporter assistance et encadrement dans le cadre de leurs différentes manifestations, en rapport avec la disponibilité des moyens. Le dernier recensement de la population et de l’habitat en Côte d’Ivoire (NDLR : recensement antérieur à 2018) relève qu’au moins 83% de la population a une conviction religieuse. Ce qui veut dire que la question du fait religieux en Côte d’Ivoire ne doit pas être traitée de la même façon qu’en Occident (…) La Côte d’Ivoire accorde un intérêt si particulier au fait religieux que celui-ci a donné lieu, par le passé, à la création d’un département ministériel.

Que pensez-vous de la création du mensuel Islamo chrétien ?

La Direction Générale des Cultes loue l’initiative de la création du canal de communication qu’est le journal interreligieux denomé  « ISLAMO-CHRÉTIEN » et encourage ses initiateurs. Cette initiative à notre sens doit être soutenue par la Direction Générale des Cultes, tous les guides religieux, leurs fidèles et toutes les institutions de la République de Côte d’Ivoire car c’est une noble et inédite initiative. Elle ne peut qu’être encouragée et soutenue dans la mesure où, ce journal vient rapprocher les populations au-delà de leurs convictions religieuses. Elle apporte sa pierre à la consolidation de la paix et au renforcement de la cohésion sociale, chères à notre pays.

Quel peut être l’apport technique de la Direction Générale des Cultes ?

Concernant l’appui technique, c’est vrai que je ne suis pas la voix la mieux autorisée, toutefois je crois pouvoir soutenir que vous pourrez être mis à contribution quand il s’agira de faire des campagnes de sensibilisation des leaders religieux. La Direction Générale des Cultes souhaite donc bon vent au journal interreligieux denomé « ISLAMO-CHRÉTIEN. »

Nous sommes au terme de notre entretien,  quels sont les vœux de la Direction générale des cultes ? Au nom du Directeur Général des Cultes, je voudrais une fois de plus encourager les initiateurs  de l’aimable journal « ISLAMO- CHRÉTIEN » et les inviter à apporter leurs contributions au rapprochement des Ivoiriens pour aller à une paix durable. Je saisis cette occasion pour appeler tous les ivoiriens à la cohésion sociale et à la paix ; gage de tout développement durable. (…) Les vœux de la Direction Générale des Cultes vont à l’endroit du journal interreligieux « ISLAMO-CHRÉTIEN » à qui elle souhaite bonheur et longévité et aussi à tous les Ivoiriens et tous ceux qui vivent sur le territoire national. Ensemble, nous devons œuvrer à la construction de la paix, de la réconciliation, de la cohésion sociale pour une Côte d’Ivoire unifiée en vue d’un développement durable.

   Interview réalisée par Aimé Narcisse BOLI

  narcisseboli@gmail.com

   07 83 67 10

 

Share.

About Author

Leave A Reply