Alain Kouadio, président de la Fondation Kaydan, explique l’étude de cas de la Harvard Business School

Alain Kouadio, président de la Fondation Kaydan, explique l’étude de cas de la Harvard Business School

«Ayant fait le programme de Harvard, j’ai appris énormément. J’ai eu l’idée, avec tous ces professeurs d’Harvard, un jour d’organiser cette étude de cas. Qui, je voudrais préciser, est un évènement est organisé par Harvard dans différents pays. Mais c’est la première fois que cet évènement s’organise dans un pays francophone, et c’est la Côte d’Ivoire qui a été choisie cette année. Cela fait partie également des missions de notre Fondation Kaydan qui est de faire la promotion de l’entreprenariat mais surtout la culture entrepreneuriale des valeurs. Et ce que nous enseigne en premier la Harvard Business School, ce sont les valeurs. Vous avez bien vu dans l’étude de cas qui a été réalisée aujourd’hui (mardi 7 novembre 2023 au soir, Ndlr), on a parlé que de valeurs, de résilience, etc. L’expérience de la Harvard Business School est une expérience à vie, avec des méthodologies qui ont été éprouvées. Je rappelle que la Harvard Business School existe depuis 1906, et c’est elle qui est venue avec la méthodologie de l’étude de cas. On espère que plusieurs Ivoiriens seront attirés par cette formation et s’inscriront pour les différents programmes notamment le programme africain qui a été organisé par Harvard. Nous avons choisi les plus grandes entreprises ivoiriennes. Nous avons demandé aux chefs d’entreprise d’inscrire leur collaborateur. On leur a transmis le cas qui a été étudié aujourd’hui et ces entreprises ont joué le jeu. On a vu que grâce au professeur Ramon (Ramon Casadesus-Masanell, ndlr) la participation a été très dynamique. Ça a été une soirée extraordinaire, avec pleins d’enrichissements. Le cas d’aujourd’hui est une kenyane qui s’est essayée à la fabrication d’une boisson locale avec beaucoup d’innovations mais malheureusement qui a fait face à une grosse concurrence. Bien qu’elle ait eu des moments de succès malheureusement, certaines raisons ont fait qu’elle a fait la prison. Mais en sortant de prison, elle est revenue plus forte. Mais ce qu’il faut retenir dans ce cas, c’est la résilience, la combativité, l’esprit d’entrepreneur que cette femme-là avait. Je pense que l’expérience a été concluante. Et je n’ai pas de doute que nous recommencerons cela les prochaines années.»

Recueillis par Stéphane Badobré

Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *