«Nous allons briser tout lien qui nous maintient dans l’esclavage » Ibrahim Traoré

«Nous allons briser tout lien qui nous maintient dans l’esclavage » Ibrahim Traoré

Ibrahim Traoré,4000Ibrahim Traoré,4000

Le Burkina Faso, le Mali et le Niger ont récemment pris la décision historique de se retirer de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Le président de la Transition du Burkina Faso, le Capitaine Ibrahim Traoré, a évoqué la possibilité d’ajouter le Franc CFA à la liste des changements à venir. Interrogé par Alain Foka, il a déclaré que bien que rien ne soit confirmé pour l’instant, tout lien perçu comme asservissant sera inévitablement rompu.

Le président Traoré a laissé entendre que le processus de retrait de la CEDEAO pourrait ne pas s’arrêter là. Dans une interview, « Probablement. Laissez venir les choses. Tout ce que nous faisons ça vous a surpris n’est-ce pas ? Des choses vont peut-être vous surprendre encore. Et il n’y a pas que la monnaie. Tout ce qui est lien qui nous maintient dans l’esclavage, nous allons briser ce lien. » a-t-il déclaré.

Le 28 janvier 2024, les dirigeants du Burkina Faso, du Niger et du Mali ont officiellement entériné leur décision de quitter la CEDEAO avec effet immédiat.

Cette démarche audacieuse pourrait marquer le début d’une série de changements significatifs, avec le Franc CFA potentiellement au centre des prochaines discussions. Le président Traoré a clairement exprimé sa détermination à rompre tout lien perçu comme oppressant pour son pays, laissant entrevoir un avenir empreint de transformations importantes. La suite de cette évolution politique promet d’être pleine de surprises.

Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *