Accueil Bonne Gouvernance Soutiens aux hommes politiques en Côte d’Ivoire : Les graves dérapages des...

Soutiens aux hommes politiques en Côte d’Ivoire : Les graves dérapages des chefs traditionnels

23
0

Nommé par décision du préfet et sur proposition du sous-préfet, le chef du village incarne l’autorité administrative au niveau du village. Et comme le corps préfectoral est en principe apolitique, le chef du village qui le représente doit l’être également pour respecter le parallélisme des formes. Mais que constatons-nous aujourd’hui ?

En effet, ce sont les chefs des villages qui sont désormais les relais des hommes politiques. Ces derniers temps, leurs fortes implications dans les débats et meetings politiques commencent à ne pas plaire aux populations dont ils ont en charge. Certains mêmes posent des actes ou prennent des engagements qui, à la limite, font honte à leur peuple. Tenez ! Aux premières heures de la nomination du maire Cissé Bacongo au poste, de ministre gouverneur du District d’Abidjan, que n’a-t-on pas entendu de la communauté Ebrié, des chefs notamment.

Dans leur plus grande majorité, ils ont dénoncé le choix du président de la République sous le prétexte que ce poste depuis le président Félix Houphouët-Boigny, a toujours été la chasse gardée des Ebrié. Des meetings et autres conférences de presse ont été suscités pour obliger le chef de l’Etat à prêter une oreille attentive à leur requête. Cette colère noire est montée d’un cran lorsque le ministre gouverneur a mis à exécution sa politique d’assainissement du District d’Abidjan à travers des actions de démolition de maisons et autres. Mais la pression a été de très courte durée quand le ministre gouverneur, Cissé Bacongo, fin politicienne a tendu la main à certains chefs Ebrié.

Dans les mois qui ont suivi, quand il leur a octroyé certains avantages comme des voitures, assurances, portables, carburants et peut-être un salaire, ces chefs se sont miraculeusement tus. Ils ont du coup échangé l’avenir de leur peuple contre ces biens éphémères. Est-ce une trahison ? Il appartient au peuple Ebrié de juger. En attendant on observe que dans d’autres contrées de la Côte d’Ivoire, d’autres chefs et Dieu seul sait combien ils sont nombreux, ont tronqué leurs arrêtés contre des soutiens aux hommes politiques. Désormais, ce sont eux qui font la cour aux politiciens et non le contraire comme par le passé. Ils sont toujours assis dans les bureaux et Cabinets ministériels pour recevoir des instructions.

Chaque week-end, les chefs ont désormais pour mission, de faire le tour de la Côte d’Ivoire pour soutenir le RHDP pour un autre mandat en 2025. Leurs administrés, qu’ils ont abandonnés, les auraient compris s’ils disaient merci au président de la République pour ses nombreuses réalisations au profit de la Côte d’Ivoire. Mais que non, les chefs sont devenus des militants sans même que la Chambre des rois et chefs traditionnels, une Institution à la charge du contribuable, ne lève le petit doigt pour les recadrer.

Les Ivoiriens désabusés les ont vus dans le Hambol, dans la région de l’Agnéby-Tiassa, à Songon et partout en gros pagne traditionnel sous lequel ils cachent les tee-shirts que les cadres du RHDP leur offrent à chaque sortie. Aujourd’hui, la grande question est de savoir si ces chefs peuvent être encore des médiateurs crédibles en cas de crise. La réponse est vite trouvée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici