Une mauvaise nouvelle pour l’opposant Cabral Libii

Une mauvaise nouvelle pour l’opposant Cabral Libii

Dans une récente décision controversée, l’ambassade des États-Unis a refusé le visa au président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN), Cabral Libii. Selon des sources fiables, ce refus serait lié à son implication présumée dans l’affaire Liyeplimal, un scandale financier qui a secoué le Cameroun ces derniers mois.

Cabral Libii, également député de la nation, envisageait de se rendre aux États-Unis, mais se voit maintenant confronté à des obstacles diplomatiques. Bien que le politicien n’ait pas encore commenté officiellement cette décision, des sources indiquent que le refus de visa est attribué à son soutien présumé à Parfait Simb dans l’affaire Liyeplimal.

Liyeplimal, un programme d’investissements et de rémunérations en monnaie virtuelle appelée Limo Dollar, a été mis en œuvre par GIT, la société fondée par Émile Parfait Simb. Cependant, le système a été critiqué et qualifié de pyramide de Ponzi, notamment par des influenceurs tels que Philippe Simo. En février 2022, Simb a annoncé la suspension des retraits et une mise à niveau du système, provoquant la colère des souscripteurs qui ne pouvaient plus retirer leurs fonds via les cartes Visa UBA prépayées, un moyen courant précédemment disponible.

Le scandale a gagné en ampleur lorsque des médias ont annoncé la faillite présumée de Liyeplimal, incitant Simb à se présenter sur un plateau de télévision au Cameroun pour donner des explications. Certains avancent que des fonds détournés auraient été investis dans l’achat d’un avion pour la flotte SIMB Airlines, cloué au sol à Bangui depuis janvier 2022.

Dans ce contexte, Émile Parfait Simb pourrait bénéficier d’un passeport diplomatique centrafricain, offrant une protection contre toute arrestation au Cameroun. Les implications de cette affaire ont atteint des proportions internationales avec le refus de visa à Cabral Libii, signalant une réaction diplomatique des États-Unis face à l’affaire Liyeplimal.

Cette décision de l’ambassade américaine soulève des questions sur les relations entre le Cameroun et les États-Unis, ainsi que sur la lutte contre la fraude financière et les activités illégales. L’affaire Liyeplimal continue de susciter l’indignation et de mettre en lumière les défis auxquels sont confrontés les systèmes d’investissement et les cryptomonnaies dans un contexte mondial.

Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *